2019 : la révolution électrique est en marche

2019 : la révolution électrique est en marche

Bilan et focus sur l’année 2018 – La loi LOM 2019

Ce qui va changer ?

En 2018, les trottinettes et autres EDP (engin de déplacement personnel) ont envahi les trottoirs des grandes villes. Pratiques, silencieux et rapides, ces nouveaux modes de transport se faufilent partout, avec un certain flou juridique. Les ventes des engins électriques s’envolent et encouragent aujourd’hui les pouvoirs publics à règlementer leurs usages.

En collaboration avec le cabinet Smart Mobility Lab, la FP2M – Fédération des professionnels de la Micro Mobilité – nous a livré les tendances du secteur et nous parle de la loi LOM dans le cadre du salon Med-pi.

Ces nouveaux engins sont probablement les meilleures solutions pour désengorger les grandes villes. Ils offrent à leurs utilisateurs liberté, flexibilité et gain de temps.

En revanche, les EDP font débat : leurs places dans l’espace public et la sécurité posent certains problèmes. Les professionnels du secteur comptent beaucoup sur le rendu de la loi LOM (Loi d’Orientation sur les Mobilités). Celle-ci devrait légiférer l’utilisation des EDP dans l’espace public.

Le point sur l’état du marché

En quelques mois le marché de la micro-mobilité a évolué en faveur des trottinettes (+129%) pour 232 749 unités vendues. 8 opérateurs de trottinettes en libre-service se partagent les grandes agglomérations françaises. La micro-mobilité est aujourd’hui un réel phénomène de société.

Pour la première fois depuis l’explosion de la micro-mobilité, les engins mécaniques connaissent une baisse en nombre d’unités vendues (-20 % vs 2017) au profit des engins électriques (+ 43 %). Pour accompagner cette mutation, la vente d’accessoires a progressé en valeur de 188 %.

Les principaux changements :

Les ventes d’engins mécaniques baissent au profit des électriques

 Les chiffres 2018 dévoilent une réelle explosion du marché électrique, avec une hausse de 41 % en valeur pour atteindre 168 millions d’euros.

Pour le loisir ou pour les déplacements urbains ?

Les utilisateurs privilégient davantage des EDP électriques pour une utilisation dans les espaces urbains. Avec un prix moyen en baisse, les EDP électriques séduisent et deviennent un moyen de transport urbain à part entière.

Avec un chiffre d’affaires de 158,1 M€ (+51 %) pour 1 000 810 unités vendues, les EDP de mobilité urbaine dépassent les EDP de mobilité de loisirs qui affichent une baisse en volume de 26 % (639 128 unités vendues) pour un chiffre d’affaires de 79,5 M€ (-12 %)

L’électrique a le vent en poupe

En seulement un an, on assiste à un véritable basculement du mécanique vers l’électrique.

Si les trottinettes mécaniques affichent le plus gros volume de ventes, les trottinettes électriques connaissent en 2018 une réelle croissance, et confirment que la mobilité urbaine pour des déplacements quotidiens, prend le pas sur la mobilité de loisirs. On constate que le prix des EDP électriques ont considérablement baissé et participent ainsi à la démocratisation de la micro-mobilité pour tous.

Les différents type d’EDP

  • Les trottinettes mécaniques ou électriques
  • Les hoverboards
  • Les gyroroues
  • Les gyropodes
  • Les skateboards
  • Les engins avec selle

Quelles utilisations, avec quels types d’EDP ?

Pour la mobilité urbaine

  • Trottinettes électriques
  • Gyropodes
  • Engins avec selle : draisiennes, mini-scooters
  • Trottinettes avec selles
  • Trottinettes mécaniques : roues > 200 mm/segment adultes

Pour le loisir

  • Trottinettes électriques et Hoverboards
  • Gyropodes
  • Skateboards électriques
  • Trottinettes mécaniques : roues < 200 mm/segment junior
  • Trottinettes freestyle

Réglementer l’usage pour sécuriser les espaces publics

La Loi LOM (Loi d’Orientation sur les Mobilités) est une étape majeure.  Cette loi est entrée au Sénat le 6 mars dernier et les discussions publiques ont débuté le 19 Mars. Ces discussions étaient très attendues par la filière mobilité qui est consciente que les incertitudes sur l’utilisation des espaces publics par des engins de déplacements personnels freinent la réelle explosion du secteur.

Le principal point sera l’interdiction des EDP sur les trottoirs. La FP2M attend maintenant la confirmation que le pouvoir sera laissé aux autorités locales de redéfinir la règle nationale en l’adaptant aux réalités de chaque territoire. Cela permettra de mieux garantir la sécurité de tous les usagers en fonction des aménagements de chaque commune (largeur des chaussées, existence ou non de voies cyclables, dangerosité propre à certains sites… )

Une future norme européenne pour la sécurité des EDP

Au-delà de la loi LOM qui viendra réguler les usages des EDP sur l’espace public, la future norme européenne (NF EN 17128 (PLEV), en cours de finalisation, servira d’aiguillon à l’innovation en matière de sécurité des engins (vitesse éclairage, dimensions…). Après 5 ans de travaux visant à mieux prendre en compte la sécurité des utilisateurs mais aussi de l’environnement, cette norme viendra nettoyer le marché de produits qui ne sont pas au niveau de sécurité nécessaire et faciliter les relations entre fournisseurs et donneurs d’ordre dans leurs relations commerciales.

En définissant le champ légal de ces nouveaux modes de déplacement la LOM va également permettre aux assureurs de mieux adapter leurs offres.
Pour autant, la FP2M plaide pour une vision beaucoup plus long terme des nouvelles mobilités et de l’utilisation de l’espace public.

Un double enjeu pour l’environnement : permettre une mobilité urbaine plus fluide mais aussi le recyclage des batteries

Le recours aux EDP se fait dans une très large majorité (pour les trottinettes électriques) pour une utilisation multimodale, en remplacement de l’usage d’un moyen thermique. Les usagers utilisent donc moins de voiture (pour les trajets courts de moins de 5 Km) et moins de transport public (pas d’attente de bus et pas de trafic).
Les opérateurs, au travers de la Fédération FP2M, s’emparent du sujet de la collecte et du traitement des batteries. Ces questions environnementales seront en faveur du développement des nouvelles mobilités.

Une assurance pour protéger les piétons comme les utilisateurs

Sécurité pour tous oblige, les utilisateurs d’EDP se doivent d’être assurés. Aussi, les sociétés d’assurance proposent une RC comme c’est le cas d’Allianz, mobilisé sur le sujet depuis plusieurs années. L’obligation d’assurance de responsabilité civile (RC) est la même que pour les véhicules motorisés tels que les motos ou les voitures. Cette assurance RC couvre les dommages que l’usager peut occasionner.

Pour couvrir ce risque de dommages à autrui, les assureurs ont des approches différentes en proposant la Responsabilité Civile :

  • Soit dans un contrat spécifique
  • Soit en extension de la RC Vie Privée de l’assurance Habitation

En revanche, il n’y a pas d’obligation d’assurance concernant la protection de l’utilisateur en cas d’accident. Mais la plupart des assureurs proposent cette garantie en option.
En fonction de ces garanties, les tarifs s’échelonnent de 50 à 237€ par an.

L’offre de free floating explose dans les grandes villes

En matière d’usage de trottinettes électriques, Paris est précurseur. Anne Hidalgo, favorable au développement des mobilités douces a engagé la piétonisation des voies sur berges de la rive droite, développé le nombre de pistes cyclables et avec elles les possibilités de circuler à trottinette.

Dans ce contexte plutôt favorable pas moins de 8 opérateurs se sont installés dans la capitale en moins d’un an quand Lyon accueille déjà aujourd’hui 3 acteurs différents. Nantes ou encore Montpellier devraient suivre le mouvement.

Mais la diversité de l’offre provoque parfois l’exaspération de certains riverains et la multiplication des opérateurs est parfois vécue comme agressive dans certaines villes (trottinettes abandonnées de façon anarchique, comportements dangereux sur les trottoirs et les routes, utilisations à plusieurs, etc…). Les utilisateurs qui sont propriétaires de leurs propres trottinettes sont bien souvent plus responsables et prudents et s’équipent pour la grande majorité d’un casque.

ANNEXE 1 : LE MARCHÉ DES e-EDP : types d’e-EDP

ANNEXE 2 : LE MARCHÉ DES e-EDP : profils d’utilisateurs

Étude réalisée par Smart Mobility Lab & la FpMM (fédération des professionnels de la micro-mobilité)